IoT et blockchain en quête de complémentarité.

Depuis peu, les entreprises se rendent compte que l’IoT peut être associé à un tas de technologies IT, et la blockchain – la technologie de registre distribué à la base des crytpomonnaies – ne fait pas exception. Pourtant, si dans certaines circonstances ces deux phénomènes peuvent être complémentaires, il ne faut pas s’attendre à une explosion des technologies IoT basées sur la chaîne de blocs.

De la pertinence d'implémenter la blockchain dans l'IoT. (Crédit D.R.)
De la pertinence d’implémenter la blockchain dans l’IoT. (Crédit D.R.)

À la base, la compréhension de la technologie de la chaîne de blocs peut être contre-intuitive. C’est pourquoi il est sans doute préférable de considérer la blockchain comme une sorte de registre distribué qui conserve une trace immuable des transactions. Chaque « bloc » de la chaîne contient l’enregistrement sécurisé d’une transaction ou d’autres données pour empêcher leur falsification, chacun étant relié au précédent par un hachage cryptographique. Si bien que toute falsification du bloc invalide la connexion. Les nœuds  à peu près n’importe quel matériel avec un CPU – communiquent via un réseau peerto-peer décentralisé pour partager les données et assurer leur validité dans la chaîne. Selon Nir Kshetri, professeur de gestion à l’Université de Caroline du Nord – Greensboro, « le système fonctionne parce que tous les blocs s’accordent sur la spécificité des données qu’ils sauvegardent ». Si quelqu’un essaye de modifier une transaction déjà validée sur un nœud donné, le reste des données sur le réseau l’empêche de le faire. « L’ancien enregistrement des données est immuable »a encore expliqué Nir Kshetri.

Cette technique de sécurité est très efficace  s’il n’y a pas d’acteur malveillant qui parvient à prendre le contrôle de tous les nœuds de la chaîne de blocs (la fameuse « attaque des 51 % »), les données protégées ne peuvent être falsifiées ou manipulées. Il n’est donc pas étonnant que la chaîne de blocs intéresse les entreprises du secteur de l’IoT. Selon Jay FallahCTO et cofondateur de NXMLabs, une startup spécialisée dans la sécurité de l’IoTmise à part la capacité de la blockchain à distribuer en toute sécurité des informations fiables sur un réseaul’autre attrait de la solution, c’est sa position dans la pile technologique« La chaine de blocs se situe à un carrefour très intéressantAu cours des 15 dernières années, le traitement informatique s’est accéléré au niveau du stockage, des CPU, etc., mais les évolutions dans la mise en réseau sont très récentes »a-t-il fait remarquer. « La blockchain n’est pas en soi une technologie de réseau, ce n’est pas non plus une technologie de données, c’est les deux à la fois ».

Complémentarité de la blockchain et de l’IoT

Chaque vendeur IoT justifiera différemment ce qui rend la chaîne de blocs pertinente pour son environnementNéanmoinsle point de vue d’Allison Clift-JenningCEO de Filament, un fournisseur de chaînes de blocs pour l’entreprise, résume assez bien l’approche générale. « Tous les acteurs qui veulent travailler en confiance, et dont les pratiques sont encore très archaïques, sont de bons candidats potentiels pour la chaine de blocs »a-t-elle déclaréC’est le cas par exemple de la vente de véhicules d’occasion, un sujet qui concerne particulièrement Filament. En effet, l’entreprise travaille avec « un grand constructeur automobile de Detroit » pour créer une plate-forme de véhicules de confiance. Un dispositif branché sur le port de diagnostic du véhicule d’occasion remonte les informations et consigne les données dans une chaîne de blocs, pour constituer un historique immuable de son état. Le système permet également de savoir si les airbags ont déjà fonctionné, si le véhicule a été inondé, etc. Aucun distributeur de voitures d’occasion ou aucun propriétaire malhonnête ne pourra modifier ces données, et s’il débranchait l’appareil, le véhicule serait considéré comme suspect.

Selon Elvira Wallis, vice-présidente senior et responsable mondiale de l’implémentation de l’IoT chez SAP, aujourd’huila confiance et la validation des données sont les principaux motifs dimplémentation de la chaîne de blocs dans l’IoT. « La plupart des cas d’usages que nous traitons concernent le suivi et le traçage des produits », a-t-elle déclaré. En guise d’exemple, elle cité un système de suivi de produits alimentaires haut de gamme depuis le lieu de production jusqu’au lieu de venteLes nœuds de la chaîne de blocs ont été installés sur des caisses et des camions, afin de remonter des informations de traçabilité irréfutables tout au long du transport. Par exemple, le temps pendant lequel un bifteck a été réfrigéré à telle ou telle température, la distance qu’il a parcourue aujourd’hui, etc.

Des implémentations pas toujours pertinentes

Les fournisseurs proposent de nombreux produits basés sur la chaîne de blocs censés répondre à différents cas d’usages. Chacun exploite une implémentation de la technologie blockchain, dont certaines ne ressemblent plus beaucoup à la chaîne de blocs classique, linéaire, minée, utilisée en cryptomonnaies. Cela signifie que l’entreprise achète une capacité pour un cas d’usage spécifique. Selon Csilla Zsigri, analyste principale de 451 Research, peu d’entreprises ont l’expertise nécessaire pour mettre en œuvre un système sécurisé basé sur la chaîne de blocsMais, une mise en application intelligente de la technologie blockchain est de jouer sur ses forces, en créant une plate-forme fiable pour les informations critiques. « Le simple ajout d’une couche de confiance et de validation, c’est là que se situe la vraie valeur ajoutée de la chaine de blocs », a déclaré Mme Zsigri.

 Pourtant, selon les experts, même si l’implémentation de la chaîne de blocs pour des applications IoT est assez bien comprise, elle ne s’applique pas à tous les cas d’usages. Appliquer une chaîne de blocs à des systèmes non transactionnels (il y a des exceptions, c’est le cas du produit de configuration basé sur la chaîne de blocs de NXM Labs pour les périphériques IoTn’est pas une bonne stratégie. S’il n’est pas nécessaire de partager des données entre deux parties différentes – par opposition au simple transfert de données d’un capteur à l’autre – la chaîne de blocs n’a généralement pas de sens, car elle n’apporte aucune des valeurs ajoutées que l’on retrouve dans la plupart des implémentations IoT actuelles : l’analyse des données. « Nous n’en sommes qu’au début de l’ère de la chaîne de blocs », a déclaré Alisson Clift-Jennings. « La blockchain est plus lente qu’une base de données classique, souvent elle n’est même pas lisible, et elle n’a pas de moteur de recherche. Enfin, par nature, elle est peu transparente ». 

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password