Juliana Rotich lauréate du Prix de la fondation allemande pour l’Afrique 2019

Ce prix lui a été, le mercredi 23 octobre, par la chancelière allemande Angela Merkel et récompense son engagement en faveur de la liberté d’expression.

Un jury indépendant composé de 16 membres a sélectionné la kényane parmi une liste de 18 nominés africains. « Votre succès encourage également de nombreuses autres femmes. « Nous avons besoin de personnes comme vous qui ont le courage d’innover et d’impacter les autres », a déclaré Angela Merkel dans son discours lors de la remise du prix à Juliana Rotich. Cette dernière  est considérée comme l’une des personnalités de la révolution numérique en Afrique et au-delà.

Depuis mai 2018, Juliana Rotich,42 ans, est responsable Afrique de l’Est de BASF, le plus grand groupe de chimie au monde.  Diplômée en sciences informatiques de l’université du Missouri (USA), elle est aussi la co-fondatrice de BRCK, une entreprise de technologie innovante qui produit un routeur portatif permettant de se connecter à Internet à partir de n’importe où dans le monde. BRCK est aujourd’hui l’un des plus grands fournisseurs de services Wi-Fi en Afrique subsaharienne. Le modem, qui fonctionne sur batterie avec une autonomie de plus de huit heures, est utilisé dans 150 pays. « Juliana Rotich, est une pionnière de la révolution numérique en Afrique. En tant que cofondateur de la plate-forme open source Ushahidi et de la société de technologie BRCK, Rotich contribue à révolutionner le flux mondial d’informations. Elle illustre comment l’innovation technologique peut contribuer au développement du continent africain et symbolise une Afrique jeune et créative qui façonne activement le monde du XXIe siècle », a déclaré Sabine Odhiambo, Commissaire de la Fondation allemande pour l’Afrique.

Juliana Rotich s’est faite en 2007 dans les milieux professionnels en tant que cofondatrice d’ Ushahidi (mot swahili signifiant « témoignage ») qui a produit le premier logiciel open source « Made in Africa ». Ushaidi a été utilisée d’abord au Kenya en tant que plate-forme Internet développée pour cartographier les rapports sur les violences post-électorales. Depuis lors, la plate-forme a révolutionné le flux international de données et d’informations. Ushahidi est aujourd’hui utilisé dans plus de 60.000 projets citoyens dans différents pays au monde.

Un logiciel utilisé utilisé dans le monde entier

Le prix 2019, explique-t-on, rend hommage à l’entrepreneure kényane non seulement pour ses réalisations commerciales et ses innovations technologiques, mais également pour son sens exceptionnel de la responsabilité sociale.

Actuellement, Ushahidi est utilisé dans plus de 160 pays comme outil de réponse aux crises et de surveillance indépendante des élections, par exemple au Nigeria et en Afghanistan. Il a également été utilisé à la suite de catastrophes naturelles au Chili, en Haïti et en Nouvelle-Zélande.

 

Depuis 1993, la Fondation allemande pour l’Afrique attribue chaque année le Prix allemand pour l’Afrique à « des personnalités remarquables pour leurs efforts de longue date en faveur de la démocratie, de la paix, des droits de l’homme, de l’art, de la culture, de l’économie sociale de marché et des préoccupations sociales ». Il est également destiné à contribuer à la compréhension de l’Afrique en Allemagne.

Parmi les précédents lauréats précédents figurent l’ancien président du Botswana, Sir Ketumile Masire, la somalienne Waris Dirie, militante de lutte contre les mutilations génitales et la sud-africaine Thuli Madonsela, ancienne médiatrice de la république sud-africaine et qui a joué un rôle majeur dans la lutte contre la corruption au sein du gouvernement Zuma.

A propos d’Ushahidi

Le logiciel Ushahidi permet un mélange unique d’activisme social et de responsabilité publique grâce au recours au crowdsourcing. En tant que logiciel à source ouverte, il offre à tous la possibilité d’accéder en ligne, en temps réel, à des événements et à des infractions, tels que fraude électorale, corruption ou violations des droits de l’homme. Le logiciel a été développé sur une base ad hoc lors des élections de 2008 au Kenya, au cours desquelles plusieurs émeutes et actes de violence ont été enregistrés. Les témoins oculaires ont pu envoyer des SMS et des courriers électroniques à Ushahidi (en allemand, « Witness Report »), qui les a mis sur une carte Google et a ainsi fourni un enregistrement visuel des événements. Cette méthode de représentation est appelée « cartographie de crise ». En réalité prévu comme projet ponctuel, le logiciel avancé a déjà été utilisé dans plus de 160 pays. Il a été utilisé, par exemple, lors de la campagne pour l’élection présidentielle d’Obama en 2012, lors du tremblement de terre de 2015 au Népal, afin de mieux coordonner l’aide et de documenter le harcèlement sexuel à l’égard des femmes.

L’objectif de la plate-forme est de permettre aux utilisateurs d’interagir, de communiquer et de partager des données. Ce logiciel, qui est également techniquement facile à utiliser, devrait permettre de surmonter les obstacles à l’engagement civique et de simplifier le militantisme. Ainsi, Ushahidi peut conduire à plus de transparence, à une demande de droits et à un débat public.

La société de technologie à but non lucratif est basée à Nairobi et compte des employés dans neuf pays. Il a été fondé par Juliana Rotich, Erik Hersman, Ory Okolloh et David Kobia. La combinaison unique d’activisme social, de journalisme citoyen et de géoinformation a fait de Ushahidi l’une des principales sociétés de technologie en Afrique. Juliana Rotich, qui a également cofondé BRCK, continue de siéger au conseil d’administration d’Ushahidi et est recherchée en tant qu’expert en informatique dans le monde entier.

A propos de BCRK

BRCK est une société de technologie du Kenya qui est le plus important fournisseur de réseau public de télécommunications sans fil en Afrique subsaharienne depuis février 2019. La société a été fondée en 2013 par les cofondateurs d’Ushahidi, dont Juliana Rotich. BRCK a mis au point un dispositif de connexion multiple alimenté par batterie qui fournit un accès à Internet via divers canaux, disponible même sans alimentation pendant huit heures. De cette manière, l’accès à Internet peut être garanti même dans les régions en crise ou dans les zones où les infrastructures sont défaillantes. « SupaBRCK », une combinaison de serveur, modem et mémoire, permet même de fonctionner à l’énergie solaire.

La société utilise son développement pour permettre un accès le plus large possible au monde numérique. BRCK possède de nombreux bus, arrêts et kiosques au Kenya proposant de la publicité gratuite financée par Internet. Avec environ 2 000 points d’accès publics et un demi-million d’utilisateurs par mois, BRCK ouvre une nouvelle dimension en matière de connectivité. Pour que les enfants et les adolescents en particulier puissent bénéficier d’offres éducatives sur Internet, l’entreprise a mis au point « BRCK Education ». Par exemple, une tablette adaptée pour les enfants a été développée avec un contenu pédagogique pouvant être stocké dans SupaBRCK, transformant les salles de classe en salles de classe numériques.

La mission de BRCK est de fournir un accès à Internet aux pays en développement, dits marchés frontières ou marchés émergents. Les créateurs de l’entreprise sont convaincus que les trois prochains milliards d’utilisateurs d’Internet proviendront de ces marchés. Le dispositif de connexion multiple est maintenant utilisé dans 150 pays et peut être utilisé en 48 langues.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password